HESAV

Jun 23, 2017

La physiothérapie au-delà des frontières linguistiques

Toujours très active dans ses partenariats et dans les développements interinstitutionnels, la filière physiothérapie vient de mettre en place une collaboration avec la Haute Ecole de Santé de Bâle (BZG) et l’Université d’Adélaïde, en Australie.

Ce projet vise à faire produire en plusieurs langues, dont deux langues nationales, une evidence summary dans le domaine de la réhabilitation sur le canal lombaire étroit en intégrant des étudiants de 3ème année bachelor des deux hautes écoles suisses.

La démarche a débuté par une revue de littérature afin de rédiger une evidence summary en anglais, réalisée en collaboration avec Lucylynn Lizarondo du Joanna Briggs Institute (Faculty of Health Sciences, University of Adelaide), Clare McGuire de la BZG et Emmanuelle Opsommer, doyenne de la filière physiothérapie à HESAV.

Partant de ce texte en anglais, une traduction en français a été faite de manière indépendante par deux étudiants de HESAV (Gabrielle Coullery et Antoine Laisney) et une en allemand par trois étudiants de la BZG (Yaël Nadine Liniger, Jill Vögelin et Sarina Tharayil).
La pertinence d’une traduction par plusieurs étudiants est de confronter leurs compréhensions, mettre en commun leurs propositions et réduire les biais. Les versions finales ont été révisées de manière indépendante par des enseignants bilingues et validées par Mmes Opsommer et McGuire. 

Les textes seront prochainement publiés par Physioaktiv en français et en allemand afin de mettre à disposition des professionnels des évidences récentes sur un sujet actuellement débattu dans la langue de chacun.

Ce projet de traduction permet ainsi de réduire les écarts de compréhension en dépassant les frontières linguistiques. La langue de rédaction des articles, habituellement l'anglais, constitue souvent un frein à l’implémentation et au transfert des résultats dans la clinique.

Pour Emmanuelle Opsommer, ce projet induira des collaborations à moyen et long termes. Il permettra également de développer le champ de la physiothérapie au sein du Joanna Briggs Institute (JBI) et offrira l’opportunité de créer une nouvelle dynamique de collaboration en Suisse pour la physiothérapie, impliquant activement les étudiants.