HESAV

Dec 05, 2017

Des faux patients pour de vraies situations

En 2009, sous l’impulsion de Mme Clerc, directrice de HESAV, le programme des patients simulés a été mis en place pour la formation des étudiants. Au fil du temps, le nombre de postes avec patients simulés n’a cessé de croitre dans les 4 filières et dans l’Année Propédeutique Santé. Des postes dans le cadre de la formation continue ont également été mis en place pour satisfaire les besoins du terrain, notamment dans la filière TRM.

Un élément essentiel de la formation

Pour Corinne Gaudin, Maître d'enseignement et responsable de ce programme, « les patients simulés sont primordiaux » : dans un contexte où l’accès au patient devient de plus en plus difficile, la pratique simulée permet aux étudiants de s’entraîner à agir dans des situations emblématiques qu’ils rencontreront dans leur future pratique. Elle poursuit en précisant que l’intérêt de la simulation pour les étudiants est de pouvoir s’entraîner dans un cadre sécurisé dans lequel le statut de l’erreur est valorisé. La finalité est de permettre aux étudiants de se sentir en confiance dans une situation « similaire » rencontrée dans la pratique.

Des profils divers et variés
Les patients simulés recrutés sont de tout âge, en activité ou à la retraite, de formation et de milieu social divers et variés. Leur point commun est d’aider les étudiants à devenir les futurs soignants qu’ils aimeraient rencontrer en tant que patients.

Une simulation en trois phases

Les participants sont formés à jouer le rôle d’un patient avec son histoire et ses symptômes physiques. Ils donnent ensuite un feedback aux étudiants sur leur discussion. La consigne est d’être bienveillant afin que cela soit constructif pour l’étudiant, précise Corinne Gaudin en expliquant que la restitution du feedback est une occasion unique pour l’étudiant de savoir comment le patient a vécu ce moment avec lui d’un point de vue relationnel.

Ensuite, c’est au tour des enseignants de faire un débriefing. Ce moment est essentiel car il permet aux étudiants d’analyser de manière critique leurs actions et ainsi de renforcer leurs compétences.


Interview d’Evelyne Haberthür,
patiente simulée depuis 7 ans pour HESAV


Evelyne, qu’est-ce qui vous motive à être PS ?
J’ai énormément appris sur le milieu des soins. Travailler avec des jeunes est très stimulant et j’aime l’idée de pouvoir les aider dans leur formation. C’est très intéressant de suivre leur évolution au fil de leurs études.

Qu’est-ce que vous pouvez apporter aux étudiants ?
Nous essayons de les amener à prendre conscience de l'importance de leurs attitudes et de leur langage verbal et non verbal quand ils s’adressent à un patient.  En cela, le feedback est très utile car il nous permet de leur transmettre notre ressenti en tant que patient.  J’espère que grâce à cela, ils peuvent obtenir des pistes pour s’améliorer et renforcer certains de leurs comportements positifs.

Quel rôle préférez-vous jouer ?
Je n'ai pas de préférence. Tous les rôles ont leur importance. J'apprécie également l'effervescence régnant lors de ces séances de simulation. Je pense que c’est une expérience enrichissante pour chacun de nous.

Est-ce que ce rôle vous poursuit parfois dans votre vie privée ?

Oui effectivement ! Depuis que je suis patiente simulée, je ne peux aborder un entretien avec un soignant, passer une radio ou suivre un traitement, sans penser à mon activité de PS et à réagir en conséquence.