HESAV

Jun 15, 2018

Summer University Nursing Lausanne 2018

A HESAV, l’arrivée de l’été rime avec la Summer University de Lausanne. C’est l’occasion, pour les étudiants en Soins infirmiers de première année, de découvrir les échanges internationaux « at home », c’est-à-dire sans faire leurs bagages.

Dans le hall décoré de drapeaux et de photos des éditions précédentes, ils ont eu le plaisir de recevoir leurs homologues venus du Chili, de Singapour et de Chine. Cette année, les futurs infirmiers et infirmières réfléchissent aux conséquences de la vulnérabilité dans la qualité des soins. Plusieurs stratégies éducatives sont utilisées pour leur permettre de réfléchir à la prise en charge d’un point de vue politique, social, culturel, local ou global et, bien sûr, professionnel.

IMG_4226

su_play

En marge de l’édition 2018, Carlos Masias-Valdés, Doyen des relations nationales et internationales, revient sur l’importance de ce type d’échanges.

Carlos Masias-Valdés

HESAV s’engage beaucoup pour favoriser les relations internationales, en particulier pour les étudiants, pourquoi ?

L’équipe des Relations internationales, après des années d’expérience, demeure convaincue du bien-fondé de son engagement pour insérer HESAV sur la carte du monde. En effet, la mission de notre Haute école est de fournir aux futurs professionnels de santé les ressources qui leur permettront d’être autonomes et bien outillés face à la réalité.

Qu’ils aient lieu à domicile ou à l’étranger, les échanges internationaux les confrontent à des contraintes et exigences différentes de celles de leur quotidien et jouent un rôle formatif indéniable. L’offre en mobilité est ainsi à considérer comme une opportunité supplémentaire pour les futurs professionnels de santé que nous formons.

Justement, les compétences interculturelles sont-elles importantes pour les soignants ?

Les soignants sont appelés à devenir les intervenants de première ligne pour de nombreuses catégories de personnes en difficulté, qu’il s’agisse de migrants, de minorités, de groupes à risques ou de personnes sans ressources. Or la qualité des soins passe par la compréhension des situations multiculturelles et par la prise en compte des différences. Le défi augmente dans un monde où la mobilité des patients met en présence de plus en plus fréquemment des valeurs, croyances, représentations et pratiques différentes. Acquérir des compétences interculturelles et interpersonnelles représentent donc un plus dans leur cursus.

Peut-on parler d’expérience internationale quand le programme se déroule à Lausanne ?

Le concept d’« internationalisation at home » est aujourd’hui reconnu par de nombreuses institutions académiques. Des enseignants venus de l’étranger viennent partager leurs savoirs et des façons différentes d’aborder les soins. Leur venue permet aux étudiants qui n’ont pas la possibilité de partir à l’étranger de bénéficier d’une expérience internationale et interculturelle au même titre que les étudiants mobiles.

Quelles sont les possibilités en matière d’« internationalisation » ?

En dehors des activités proposées à domicile, les étudiants peuvent principalement partir en mobilité de groupe ou individuelle. Dans les deux cas, des aides financières sont possibles en fonction de la situation.

Les projets de groupes sont organisés par les filières en collaboration avec les nombreuses institutions partenaires que nous avons à l’étranger. Un programme équilibré, comprenant acquisitions académiques, stages et découvertes culturelles, est proposé. Les étudiants sont accompagnés par des enseignants de leur filière.

Les étudiants ont aussi la possibilité de proposer un projet personnel, en général de plus longue durée, par exemple un stage ou un semestre d’échange.

Les aventures de nos étudiants sont à suivre sur le blog : http://hesavblog.ch  

IMG_7852