HESAV

Témoignage d'un étudiant de retour du Liban

Mon semestre au Liban à l'Université Saint-Joseph à Beyrouth fût sportif tant aux niveaux des cours que du handball. J'ai pu découvrir une nouvelle culture, une ambiance de vie différente de chez nous et faire pleins de belles rencontres. 

Baptiste Pettavel, étudiant HESAV, filière soins infirmiers 

2.Baptiste Pettavel_Liban 1.Baptiste Pettavel_Liban

Témoignage d'une étudiante de retour Népal

J'étais au HRDC, hôpital orthopédique et centre de réhabilitation pour enfants, situé à Banepa, soit 1h30 en bus de Kathmandu au Népal.

Le site internet de cet hôpital est sur la page de choix des stages de HESAV, c'est ainsi que j'ai eu connaissance de celui-ci.

Mon stage s'est bien déroulé. Les infirmières et les chirurgiens de l'hôpital appréciant de transmettre leur savoir, j'ai pu bénéficier de nombreuses explications, voire même, de cours, au sujet des pieds bots varus équins, de scoliose, ou bien de paralysie cérébrale. J'ai eu plusieurs fois l'autorisation d'assister à des opérations orthopédiques, chaque fois assorties d'explications en direct.

Je suis reconnaissante de cette expérience dépaysante autant qu'instructive, et je ne peux que conseiller un stage à l'étranger aux étudiants qui hésiteraient encore. Je remercie également HESAV d'avoir participé financièrement à cette aventure enrichissante.

Florence Gras

Témoignage d'une étudiante en stage en Inde

Nous avons vécu une expérience absolument extraordinaire et le choc culturel n'a pas été des moindres. D'autant que nous étions dans un des états le plus pauvre et le plus rural du pays, Andhra Pradesh (pour dire, il n'est même pas répertorié dans le guide du routard...).

En plus du travail de soins que nous avons effectué, nous avons eu la chance de pouvoir aller visiter de nombreux hôpitaux, quelques maternités, des permanences ainsi qu'un hôpital/village pour patients atteints de la lèpre. Les conditions financières de ce pays, d'autant plus dans cet état, sont telles que les hôpitaux sont dans des états de décrépitudes totales.

Nous avons rencontré des locaux absolument géniaux et si généreux. Les enfants dont nous nous occupions en majorité, avec des passés tous plus déstabilisants et atroces qui soient, ont une énergie et un courage que je ne saurais décrire. Personnellement, ils étaient mon énergie et ma motivation quotidienne pour appréhender chaque jour et ils resteront à jamais dans ma tête, comme une musique dans les moments où je ne saurais relativiser, qui me remettrait les idées en place pour aller de l'avant, la tête sur les épaules, sans rechigner.

Cette aventure, en plus de m'avoir apporté de l'expérience en santé communautaire, a également été d'une richesse indescriptible s'agissant d'introspection personnelle, de remise en question mais également de relations humaines.

Je ne suis pas revenue indemne de l'Inde mais je suis revenue gonflée à bloc, enrichie et d'autant plus déterminée que le métier d'infirmière pour lequel je suis en train de me former est sans aucun doute le métier que je veux faire.

Merci du fond du coeur de travailler pour faire en sorte que nous puisons, nous étudiants, vivre de telles aventures.

Fiona Carluy
 

Andhra Pradesh, Inde_4 Andhra Pradesh, Inde_3 Andhra Pradesh, Inde_2 Andhra Pradesh, Inde_1 Andhra Pradesh, Inde_5

 

Témoignage direct du Chili

Le projet pilote de la SU se passe excellemment pour le groupe constitué par une dizaine d’étudiants américains, 5  étudiants chiliens et 4 étudiantes suisses, l’accueil fut formidable et nos partenaires chiliens prennent soin de nous très efficacement. Les étudiantes sont parfaitement installées et ravies de leur séjour.

Le programme s’avère très complet et riche. La semaine que vient de finir fut organisée autour de cours en relation avec les politiques de santé et systèmes d’assurance de chaque pays et (USA ; Chili et  Suisse), des sujets controversés furent traités,  tels que la prise en charge de personnes avec les problèmes d’addiction et l’avortement.

Le programme fut complété par des visites participatives à de centres de santé en lien avec les sujets traités : un hôpital public, un centre d’accueil pour toxicomanes et un dispensaire prenant en charge une des populations vivant dans de très précaires conditions. Bien entendu nous avons visité avec tous les étudiants la Ruca avec les indigènes Mapuche.

Nous avons visité Valparaiso samedi et ces lundi, mardi et mercredi nous participerons à des activités de promotion et de prévention de santé dans une localité rurale située à deux heures au sud de Santiago.

En parallèle les professeurs (2 de Boston, 2 de Suisse et 2 du Chili) ont rencontré les autorités en charge de la recherche de l’université et de l’école d’infirmières, des possibilités de collaboration très réalistes furent envisagées.

Des rencontres avec les professeurs du programme Bachelor auront lieu cette semaine afin de comparer les programmes et discuter plus profondément des dispositifs de formation pratique.

CMV, Chili le 12 janvier 2015

Remerciements à Mme Anne-Catherine Lyon pour le voyage d'études à Jiangnan University, Wuxi, Chine

(...) nous  sommes ressorties grandies de ce voyage d'un point de vue personnel. Il a fallu se débrouiller et s'adapter pour trouver nos repères là où la barrière de la langue et celle de la culture ne sont pas négligeables. Côtoyer cette société chinoise (...) nous a fait réfléchir sur notre propre fonctionnement et nos propres valeurs. Nous avons particulièrement pris conscience de l'individualisme qui est très empreint ici. La générosité et le sens du partage très marqués dans chacune des institutions qui nous ont chaleureusement accueillies nous ont beaucoup touchées. (...)

Deuxièmement, l'apprentissage a été très riche d'un point de vue professionnel. Sachant que de plus en plus de patients ont recours à des médecines douces en Suisse et que notre pays est le plus dense au monde en thérapeutes alternatifs, il nous semble essentiel de développer certaines connaissances en tant que professionnelles de la santé. (...) Ce voyage nous a vraiment permis d'en saisir les clés et de nous professionnaliser à ce sujet. Dans notre future carrière, nous serons plus à même d'accompagner des patients qui souhaiteraient compléter leur prise en charge occidentale par ce genre d'approche, situation que nous serons de plus en plus amenées à rencontrer dans notre pratique.

En espérant avoir pu vous transmettre le plaisir que nous avons eu à vivre cette expérience enrichissante et en vous remerciant encore chaleureusement, nous vous prions de croire, Madame la Conseillère d’Etat, à l’expression de nos sentiments respectueux.

Emilie Magnenat, Catia Sofia Santos Almeida, Aude Robert et Elena Pagani