La HES-SO s’engage pour garantir la qualité de la formation dans le contexte de COVID-19

La formation en période de COVID-19 pose de nombreux défis à la HES-SO Haute école spécialisée de Suisse occidentale et à ses hautes écoles. Afin de garantir la qualité de l’enseignement dans ces circonstances exceptionnelles, la HES-SO adapte son cadre réglementaire pour l’année académique 2020-2021. Les questions relatives à la validation des crédits ECTS, à l’organisation des évaluations, aux stages et formation pratique, à la durée d’études y sont réglées, avec une prise en compte spécifique des situations d’étudiant·e·s mobilisé·e·s dans le cadre de la crise sanitaire.

Alors que l’enseignement distanciel est généralisé depuis début novembre 2020 dans toutes les hautes écoles de la HES-SO, cette dernière poursuit sa mission en assurant la continuité des enseignements théoriques et pratiques et en garantissant aux étudiant·e·s l’acquisition des compétences indispensables à la pleine reconnaissance de leur diplôme.

De nouvelles mesures sont ainsi mises en place dans un cadre commun aux hautes écoles réparties dans les sept cantons de Suisse occidentale, tout en leur permettant d’appliquer ce dispositif en fonction des spécificités de leur domaine d’enseignement et des exigences sanitaires propres à leur canton.

Voici le détail de ces mesures :

  • valorisation de l’engagement des étudiant·e·s dans le cadre de la crise sanitaire : les étudiant·e·s HES-SO, particulièrement celles et ceux du secteur socio-sanitaire, jouent un rôle essentiel et apportent des compétences indispensables. Il importe donc pour l’institution d’encadrer ces engagements afin de garantir l’acquisition des compétences dans le temps d’études défini. Les hautes écoles mettent ainsi en place des dispositifs permettant d’accorder des crédits ECTS par équivalence en se basant sur une analyse détaillée des compétences développées dans la pratique professionnelle et en tenant compte de la durée de l’engagement.
  • octroi de crédits ECTS : bien que celui-ci reste soumis à un acte formel d’évaluation des enseignements, stages ou projets, les domaines et hautes écoles sont autorisés à déroger aux modalités usuelles de validation, sous conditions et respect de la cohérence académique, de la transparence et de l’égalité de traitement.
  • organisation des évaluations et périodes de formation pratique : celles-ci bénéficient d’une plus grande flexibilité en fonction des circonstances sanitaires.
  • temps d’études : la durée normale de celui-ci reste inchangée. Toutefois, la durée maximale pour boucler un cursus est prolongée de deux semestres afin d’éviter des situations délicates de dépassement de la durée maximale pouvant conduire à un échec.