Recherches en cours

Usages, expériences et besoins de femmes migrantes en regard des nouvelles technologies de l'information et de la communication autour de la naissance

Équipe de projet : Patricia Perrenoud (HESAV), Christelle Kaech (HESAV), Caroline Chautems (HESAV)

 

Partenaires de terrain : Stéphanie Pfister (PAN-Milar), Fanny Perret (Arcades sages-femmes)

Internet, réseaux sociaux, et applications mobiles : des technologies de l’information et de la communication (TIC) qui sont devenues parties intégrantes de l’expérience sociale. Autour de la naissance, ces moyens sont utilisés par les (futurs) parents pour s’informer ou se relier à leurs proches ou leurs pairs.

Les études réalisées dans les pays anglosaxons sur l’utilisation des TIC autour de la naissance montrent deux tendances :

  1. Les TIC tendent à rassurer les (futurs) parents par l’information et les moyens d’auto-surveillance qu’ils dispensent. Ces outils numériques permettent aussi de maintenir et d’établir des liens sociaux, participant d’un soutien aux parents, notamment ceux qui vivent des situations particulières ou appartiennent à des groupes minoritaires.
  2. L’utilisation des TIC comporte certaines limites. Les applications mobiles incitent les parents à s’autosurveiller d’avantage, renforçant la peur du risque autour de la grossesse et contribuant à la pression sociale exercée sur les femmes à cette période. Les « apps » transmettent par ailleurs une vision stéréotypée des mères et des pères. Enfin, ces moyens sont rarement construits par des professionnel.le.s de la santé et peuvent diffuser des informations erronées ou dépassées.
  3. Notre étude socio-anthropologique se centrera sur l’utilisation des TIC par des femmes dites migrantes et/ou allophones. En Suisse, comme dans les autres pays à haut revenu, ces femmes ont une moins bonne santé et un moindre accès à l’information – celle-ci n’étant souvent pas traduite et rarement disponible sur des supports audiovisuels. De premières recherches faites à l’étranger, montrent que les femmes migrantes utilisent elles aussi les TIC pour conserver et établir des liens sociaux et pour s’informer. Suivant leurs situations sociales et leurs moyens d’accéder au matériel informatique nécessaire, l’utilisation des TIC varie a priori considérablement pour ces actrices sociales.

L’étude débutera à l’automne 2018 pour une durée de 16 mois, après avalisation par le comité d’éthique compétent. L’équipe de recherche enquêtera auprès de (futures) mères, d’interprètes communautaires et de professionnel.le.s de la santé et du social en utilisant une triangulation de méthodes qualitatives.

Les résultats visent à mieux cerner le rôle et le potentiel des TIC – ainsi que leurs inconvénients – dans la vie des femmes et dans la relation entre professionnel.le.s et familles, ceci en regard du public considéré.

Équipe de recherche

Patricia Perrenoud, requérante principale, HESAV

Christelle Kaech, assistante de recherche, HESAV

Caroline Chautems, HESAV

Partenaires de terrain

Stéphanie Pfister, PAN-Milar

Fanny Perret, Arcades sages-femmes

Financement et Durée

FNS, Division I

16 mois