Recherches en cours

Les personnes âgées face à leur polymédication : approche socio-anthropologique des usages des médicaments et relation au dispensateur

Rose-Anna Foley (HESAV), Rachel Démolis (HESAV), Mathieu Arminjon (HESAV), Thierry Buclin (CHUV), Anne Decollogny (IUMSP, CHUV)

Aujourd’hui, une majorité des personnes âgées de 65 ans et plus souffrent d’au moins trois maladies chroniques simultanément, traitées par plusieurs médicaments à long terme. Ce phénomène de polypathologie et de polymédication chez les personnes âgées est de plus en plus une préoccupation de par :

  1. L’iatrogénie, c’est-à-dire des interactions médicamenteuses dont les effets peuvent être néfastes.
  2. L’inobservance, c’est-à-dire le fait que la médication, ici complexe à gérer pour les patient.e.s, n’est pas consommée selon les prescriptions, ce qui peut limiter ses effets, voire la rendre nocive.

La population polymédiquée est rarement étudiée du fait que les co-morbidités dont elle souffre sont un critère d’exclusion des recherches cliniques.

L’objectif de cette étude est d’identifier les facteurs influençant la prise de cette médication complexe en nous centrant sur le point de vue de 60 personnes âgées polymorbides rencontrées à domicile lors d’interviews et d’observations filmées de leurs pharmacies domestiques. Avec une perspective socio-anthropologique, le médicament est considéré ici comme un produit doté d’une efficacité pharmacologique ainsi que comme un objet investi de sens par celles et ceux qui le prescrivent, le dispensent et le reçoivent. Les personnes âgées seront invitées à s’exprimer sur leur médication, à nous montrer comment elles les gèrent et les prennent au quotidien en lien avec celles et ceux qui les conseillent, en observant également l’entretien de polymédication, et son influence sur les manières de consommer les médicaments et de respecter plus ou moins les prescriptions médicales. Enfin une analyse pharmaceutique et pharmacologique permettra de repérer d’éventuels problèmes d’iatrogénie, de doublons et de surdosages dans les prescriptions de ces personnes.

Comprendre finement les déterminants de la consommation de médicaments en situation de vieillesse et de chronicité permettront aux professionnel.le.s d’intégrer dans leur raisonnement clinique des aspects du rapport symbolique aux médicaments qui influent sur les soins, de mieux saisir les besoins de celles et ceux qui sont amenés à prendre une médication complexe sur la durée, et de limiter les risques d’iatrogénie et d’inobservance générés par la polymédication des personnes âgées.

Équipe de recherche

Rose-Anna Foley, requérente principale, HESAV

Rachel Démolis, assistante-doctorante FNS, HESAV

Mathieu Arminjon, adjoint scientifique, HESAV

Thierry Buclin, partenaire, CHUV

Anne Decollogny, partenaire, IUMSP, CHUV

Financement

FNS, Division I

Durée

36 mois